L’effroi sur les vaccins: Les agences publiques de santé sont totalement complices ! Ça doit se savoir !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Face aux pressions du gouvernement, beaucoup de français n’entendent toujours pas se soumettre à l’injection d’une substance expérimentale dont les fabricants ne serons pas tenus responsables des effets secondaires ou pire. Le tout pour un virus qui laisse en vie 99,96% de la population mondiale.

Sans compter que l’ANSM a arrêté les mises à jour de pharmacovigilance des vaccins depuis le 27 Mai !

Regardez ce tweet du directeur de France soir, absolument édifiant:

En parlant avec bon nombre de vaccinés, j’ai constaté un fait effroyable. 90% ou plus ne se sont absolument pas renseigné sur ce qu’ils s’injectent. Ils ne savent évidemment pas non plus qu’ils sont victimes volontaires d’un traitement expérimental qui n’a qu’une autorisation de mise sur le marché, conditionnelle, dont les essais se finissent fin 2023. Cela signifie que les critères de qualité et de sécurité ne sont pas remplis.

Et également, une très large minorité d’effets secondaires sont reportés aux agences de santé qui gardent le silence.

Moderna avoue que les vaccinés sont les cobayes d’un essai clinique

Sur son site, Moderna n’avoue pas que cela. La firme ose même aller jusqu’à dire que la technologie d’ARNm utilisée dans ses vaccins est comparable à un « logiciel », « un programme », un « système d’exploitation » qu’on injecte. Vous rendez-vous compte ?

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.