Une éruption spectaculaire en provenance de Proxima Centauri bat tous les records (bientôt notre tour)

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Située à 4.2 années-lumière du Soleil, l’étoile Proxima Centauri (Alpha du Centaure C, en français) est une naine rouge relativement active. Mais parfois, elle peut entrer dans d’impressionnantes colères. En mai 2019, une équipe d’astrophysiciens a observé une éruption spectaculaire provenant de l’étoile, la plus puissante jamais détectée jusqu’à présent. En plus d’apporter des informations intéressantes sur la dynamique même de Proxima Centauri, cette observation permettra aux chercheurs d’affiner les conditions (et possibilités) d’habitabilité des planètes en orbite autour de l’étoile.

Des astrophysiciens ont repéré la plus grande éruption jamais enregistrée en provenance de la plus proche voisine du Soleil, l’étoile Proxima Centauri. La recherche, publiée dans la revue The Astrophysical Journal Letters, a été menée par l’Université du Colorado (UC) et pourrait aider à aiguiller la recherche de vie au-delà du Système solaire.

L’astrophysicienne de l’UC, Meredith MacGregor, explique que Proxima Centauri est une petite mais puissante étoile. Elle se trouve à seulement quatre années-lumière (ou à plus de 20 milliers de milliards de kilomètres) du Soleil et héberge au moins deux planètes, dont l’une peut ressembler à la Terre. C’est aussi une « naine rouge », le nom d’une classe d’étoiles qui sont inhabituellement petites et faibles. Proxima Centauri a environ un huitième de la masse du Soleil.

Dans leur nouvelle étude, MacGregor et ses collègues ont observé Proxima Centauri pendant 40 heures à l’aide de neuf télescopes au sol et dans l’espace. Durant le processus d’observation, ils ont eu une surprise : Proxima Centauri a émis une éruption stellaire impressionnante. « L’étoile est passée de la normale à 14 000 fois plus brillante, observée dans les longueurs d’onde ultraviolettes, en l’espace de quelques secondes », indique MacGregor.

Une vie possible autour de Proxima Centauri ?

Les découvertes de l’équipe suggèrent une nouvelle physique qui pourrait changer la façon dont les astrophysiciens décrivent les éruptions stellaires. « S’il y avait de la vie sur la planète la plus proche de Proxima Centauri, elle devrait être très différente de tout ce qui existe sur Terre. Un être humain sur cette planète passerait un mauvais moment ».

L’étoile est depuis longtemps une cible pour les chercheurs qui espèrent trouver la vie au-delà du Système solaire. L’étoile héberge une planète, désignée Proxima Centauri b, qui réside dans ce que les chercheurs appellent la « zone habitable » — une région autour d’une étoile qui a la bonne plage de températures pour abriter de l’eau liquide à la surface d’une planète.

Vue d’artiste de l’éruption stellaire observée depuis la planète Proxima Centauri b. © NRAO/S. Dagnello

Mais il y a un problème, rappelle MacGregor : les nains rouges, qui se classent parmi les étoiles les plus courantes de la galaxie, sont généralement considérées comme impropices à la vie. « Un grand nombre des exoplanètes que nous avons trouvées jusqu’à présent se trouvent autour de ces types d’étoiles. Mais le hic, c’est qu’elles sont bien plus actives que notre Soleil. Elles entrent en éruption beaucoup plus fréquemment et intensément ».

Neuf instruments témoins de l’événement

Pour voir à quel point Proxima Centauri est chaotique, elle et ses collègues ont réussi ce qui s’apparente à une prouesse dans le domaine de l’astrophysique : ils ont pointé neuf instruments différents sur l’étoile pendant 40 heures au cours de plusieurs mois en 2019. Ces instruments comprenaient Hubble, l’Atacama Large Millimeter Array (ALMA) et le Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS) de la NASA.

Graphiques montrant les courbes lumineuses de l’éruption enregistrées par les différents instruments d’observation. © Meredith A. MacGregor et al. 2021

Cinq d’entre eux ont enregistré l’éruption massive de Proxima Centauri, capturant l’événement car il produisait un large spectre de rayonnement. « C’est la première fois que nous avons ce genre de couverture multilongueur d’onde d’une éruption stellaire. Habituellement, vous avez de la chance si vous pouvez obtenir l’image de deux instruments ».

Mieux comprendre la dynamique des éruptions stellaires

L’événement en question a été observé le 1er mai 2019 et n’a duré que 7 secondes. Bien qu’il ne produise pas beaucoup de lumière visible, il a généré une énorme émission de rayonnement ultraviolet et radio. « Dans le passé, nous ne savions pas que les étoiles pouvaient flamboyer dans la gamme millimétrique, c’est donc la première fois que nous cherchons des éruptions stellaires millimétriques », déclare MacGregor.

Ces signaux millimétriques pourraient aider les chercheurs à recueillir plus d’informations sur la façon dont les étoiles génèrent des éruptions. Actuellement, les scientifiques soupçonnent que ces sursauts d’énergie se produisent lorsque les champs magnétiques près de la surface d’une étoile se tordent et se brisent avec des conséquences explosives. L’éruption observée était environ 100 fois plus puissante que toute autre éruption similaire vue du Soleil.

Au fil du temps, une telle énergie peut dépouiller l’atmosphère d’une planète et même exposer les formes de vie à des radiations mortelles. Ce type d’éruption n’est peut-être pas rare sur Proxima Centauri. En plus du grand événement de mai 2019, les chercheurs ont enregistré de nombreuses autres éruptions au cours des 40 heures passées à regarder l’étoile.

Source : https://trustmyscience.com/observation-eruption-spectaculaire-proxima-centauri/

Note Flo : Nous avons plus que quelques années pour nous préparer :

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire