protéine spike danger ?

Avis | Qui est le plus dangereux : Les médias Mainstream ou la protéine Spike ?

Partagez cet article sur les réseaux sociaux
  • Les faits: On sait que le SRAS-COV2 présente très peu de risques pour les enfants en bonne santé. Les médias grand public continuent d’exhorter à la vaccination universelle et immédiate de ce groupe, affirmant que le vaccin est sûr, tout en ignorant les données qui indiquent un grave danger pour les vaccins.
  • Réfléchissez sur :Quand les grands médias grand public seront-ils tenus pour responsables de reportages déséquilibrés ? Qui les tiendra pour responsables ?

Le Washington Post appelle à la vaccination des adolescents

Le 10 mai 2021, le Washington Post a publié cet article intitulé « La FDA autorise le vaccin Pfizer contre le coronavirus pour les adolescents de 12 à 15 ans ». L’article commence par une citation de Kawsar R. Talaat, professeur adjoint de santé internationale à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, qui déclare : « Un vaccin leur offre une couche de protection supplémentaire et leur permet de redevenir des enfants.  » 

Pour soutenir Divulgation.fr et nous aider dans notre développement, cliquez ici. Nous vous en sommes reconnaissants ! Notre équipe 100% indépendante a besoin de votre soutien.

C’est une déclaration incroyable. De toute évidence, les enfants n’ont jamais été des enfants pendant la pandémie. Le Dr Talaat dit essentiellement que pour être autorisés à profiter de leurs enfance, les jeunes doivent être vaccinés. Cependant, les restrictions qui ont été imposées à leurs activités n’ont jamais été fondées sur des données solides. La propagation asymptomatique n’a jamais pu être quantifiée ni même confirmée. Il a été démontré que les décrets de port du masque n’avaient aucun effet sur la transmissibilité ou l’incidence de l’infection. Les seules choses qui empêchent les enfants de redevenir des enfants sont les décrets qui ne sont étayés par aucun argument probant, et non leur statut vaccinal.

Le Dr Frenck admet que l’étude qu’il a menée au Cincinnati Children’s Hospital Medical Center n’était pas conçue pour dire si le vaccin prévenait la maladie, mais si les enfants participant à l’étude développaient des anticorps. Ce qu’il essaie de faire valoir, c’est qu’il y a beaucoup de maladies dans la communauté des adolescents. Combien? Dans son étude, 16 sur environ 1150 enfants non vaccinés ont contracté le Covid, qui se sont tous rétablis. C’est un risque absolu de 1,4%. Comparez cela au risque de contracter la grippe pendant une saison grippale : 8 %. 

L’article poursuit en affirmant que la mortalité du COVID est supérieure à celle de la grippe chez les enfants. Le Post déclare à juste titre que sur les 581 000 décès dus à Covid, seuls 300 adolescents ont péri de la maladie, un pourcentage certes extrêmement faible mais néanmoins tragique. Cependant, ils déclarent que ce nombre est supérieur au nombre d’adolescents qui meurent de la grippe ce qui justifie les vaccinations universelles. L’article cite cet article du CDC qui, selon eux, confirme cette statistique. 

Dans ce document, il est indiqué que 188 enfants sont morts de la grippe au cours de la saison 2017-18, en fait moins de 300. Cependant, le document indique ensuite que «le CDC estime que le nombre réel était plus proche de 600 » .Nous avons surpris le Post dans ce que l’on peut appeler un mensonge qui est utilisé pour faire valoir que la menace de la maladie justifie la prévention par la vaccination.

Risques du vaccin et ce que nous savons de la « protéine Spike »

Chaque intervention médicale a un rapport bénéfice/risque qui doit être examiné de près. Le Washington Post n’aborde jamais une seule fois le risque potentiel du vaccin chez les enfants. Malgré le refus obstiné des médias grand public de poursuivre toute recherche sur les dommages potentiels des vaccins Covid, des informations très troublantes ont récemment fait surface si l’on est prêt à regarder au-delà des gros titres et des rapports du CDC. Contrairement au Washington Post, j’examinerai également l’aspect risque du vaccin en examinant le rôle de la fameuse protéine « spike ».

Comme on le sait, la protéine Spike du virus SARS-COV2 est ce qui lui permet d’entrer dans une cellule humaine et de l’infecter. C’est également la protéine cible des «vaccins» à ARNm qui utilisent une nouvelle approche pour apprendre à notre système immunitaire à la reconnaître en stimulant nos propres cellules à produire nous-mêmes cette protéine, déclenchant, espérons-le, notre système immunitaire pour produire des anticorps contre elle.

Les fabricants de vaccins et la FDA qui leur accordent l’autorisation de déployer leur produit ont fait une énorme hypothèse : le virus est dangereux, mais la protéine Spike ne l’est pas . Il devient clair que cette hypothèse n’est pas vraie. Dans ce court article publié le 30 avril 2021 (11 jours avant que le WP ne publie son article), Salk News résume l’une des nombreuses publications scientifiques qui démontrent le danger de la protéine Spike :

« L’article, publié le 30 avril 2021 dans Circulation Research , montre également de manière concluante que COVID-19 est une maladie vasculaire, démontrant exactement comment le virus SARS-CoV-2 endommage et attaque le système vasculaire au niveau cellulaire.

« Beaucoup de gens pensent qu’il s’agit d’une maladie respiratoire, mais il s’agit en réalité d’une maladie vasculaire », déclare le professeur adjoint de recherche Uri Manor , qui est co-auteur principal de l’étude. «Cela pourrait expliquer pourquoi certaines personnes ont des accidents vasculaires cérébraux et pourquoi certaines personnes ont des problèmes dans d’autres parties du corps. Le point commun entre eux est qu’ils ont tous des fondements vasculaires.

Le point à retenir de ces déclarations est que Covid-19 est une maladie vasculaire plus qu’une simple maladie respiratoire. Cela a été suspecté très tôt dans la pandémie lorsque de nombreuses personnes ont été blessées par des saignements, des caillots, des accidents vasculaires cérébraux et une défaillance d’organe. Les auteurs ont pu établir son mécanisme par une expérience élégante. Ils ont conçu un « pseudovirus », un qui avait la protéine Spike SARS-COV2 à sa surface mais sans aucun ARN viral à l’intérieur. Le pseudovirus a endommagé les poumons et le système vasculaire pulmonaire dans les modèles animaux. Ils ont ensuite isolé la voie moléculaire par laquelle les protéines Spike modifient le métabolisme des cellules endothéliales vasculaires causant des lésions. Conclusion : la protéine Spike elle-même cause des dommages dans les modèles animaux .

Bien que nous ne puissions pas affirmer avec certitude, à partir de cette seule étude, que la protéine Spike est directement responsable des dommages chez l’homme, nous devons nous prévaloir du fait que cela peut prendre très longtemps pour le prouver définitivement. S’il est démontré qu’une intervention est dangereuse pour les animaux, il n’y a aucune justification à supposer qu’elle sera sans danger pour un être humain. C’est pourquoi dans animaux sont utilisés dans la recherche médicale pour commencer.

Pour soutenir Divulgation.fr et nous aider dans notre développement, cliquez ici. Nous vous en sommes reconnaissants ! Notre équipe 100% indépendante a besoin de votre soutien.

Le danger d’un vaccin à ARNm qui génère des protéines Spike

Si la protéine Spike est pathogène, c’est-à-dire capable de provoquer une maladie, comment savons-nous que lorsque nous créons des anticorps contre elle, nous en serons complètement protégés ? Nous ne le faisons pas. Comment savons-nous que chaque personne inoculée développera une réponse en anticorps contre elle ? Nous ne le faisons pas. Cela devrait sonner l’alarme dans toutes les institutions chargées de la santé publique. Pourquoi? Avec les vaccins traditionnels, il y aurait apparemment moins de risque de contracter une maladie à cause du vaccin.

La situation dans laquelle nous sommes est beaucoup plus préoccupante. Ces vaccins à ARNm (Pfizer et Moderna), s’ils fonctionnent comme prévu , introduisent en fait le composant responsable de la maladie dans notre corps.

Les vaccins migrent dans tout le corps après l’injection

Plus récemment, des informations plus inquiétantes ont été révélées. Les études de biodisponibilité du vaccin n’ont pas été rendues publiques avant l’autorisation d’utilisation d’urgence. Une étude de biodisponibilité de Pfizer, obtenue par le biais de la FOIA auprès d’une agence de réglementation japonaise par un groupe de scientifiques internationaux, démontre où le vaccin peut aller une fois qu’il a été injecté dans le tissu musculaire de notre épaule. Tableau 2.6.5.5B dans cette étude indique que les mêmes nanoparticules lipidiques (LNP) utilisées dans le vaccin Pfizer commencent à se redistribuer dans tout le corps des souris. 

Dans les 15 minutes suivant l’inoculation, les LNP apparaissent dans le cerveau, le foie, le tractus gastro-intestinal, le cœur, les poumons et en particulier dans les ovaires et la rate. Nous pouvons en déduire que là où vont les LNP, il en va de même pour l’ARNm qui code pour la protéine Spike. C’était le but de cette étude. Peut-on également affirmer que Pfizer et les autres fabricants de vaccins Covid-19 n’auraient jamais eu l’intention que leur produit migre si loin du site d’inoculation ?

Cette histoire est encore en évolution, mais ces études et les rapports de biodisponibilité récemment publiés aident à expliquer le tableau clinique du Covid-19 avec ses larges effets sur le corps qui ne se limitent pas au système respiratoire. De plus, cela peut justifier les nombreux rapports d’accidents suite à des vaccinations comme des AVC, des caillots sanguins, des saignements, un « brouillard cérébral », la paralysie de Bell, etc.

La protéine Spike est toxique. Le vaccin induit nos cellules à fabriquer des protéines Spike. Le vaccin se propage dans tout le corps après l’injection. Jusqu’à ce qu’une autre explication unificatrice soit trouvée, nous devons supposer que ces vaccins sont potentiellement beaucoup plus dangereux que prévu.

Un appel à l’arrêt des vaccinations au Royaume-Uni

Dans cet avis lettre au Dr Juin Raine, directeur général des médicaments et des soins de santé des produits Agence de réglementation (FDA du Royaume – Uni), le Dr Tess Lawrie, le directeur d’un cabinet de conseil en médecine fondée sur des preuves, exhorte le directeur à mettre un terme au programme de vaccination dans ce pays après un examen approfondi des données sur les effets indésirables du Royaume-Uni.

Source: https://www.collective-evolution.com/2021/06/17/opinion-which-is-more-dangerous-mainstream-media-or-the-spike-protein/

Traduction: Divulgation.fr

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire