L’arnaque la plus incroyable dont vous ne savez rien !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Au vu de la censure grandissante, rejoignez la famille « Divulgation » sur son canal Telegram: https://t.me/divulgationfr

Ils t’ont vendu, ils nous ont tous vendu ! À notre naissance, nous sommes un titre boursier, une valeur mobilière. Le travail et la consommation de toute ta vie ont déjà été payés. Notre énergie est la caution des crédits d’une société privée appelée gouvernement (SIRET 1 000 000 17). Ils ont superposé à tes yeux une matrice, une réalité factice te faisant croire qu’il n’y avait qu’un seul « toi » vivant. Or ils t’ont dupliqué virtuellement et ils ont fait de cette nouvelle personne, leur esclave éternel. Un homme de paille, un bout de papier qui porte le même nom que toi quand il est prononcé et c’est là, qu’ils t’ont trompé. »

Vous êtes mort(e) dès votre naissance aux yeux de la loi !

Cela dure depuis 1794 (loi du 6 Fructidor de l’an II) soit juste après la « révolution » faisant la passation du nom d’usage au nom de famille, habituellement réservé aux sociétés pour les reconnaître  »La boulangerie DUPONT ». C’est l’état qui vous transmet un nom de famille, et non vos parents. On appelle tout cela la fraude du nom légal ! Le pire, c’est qu’elle débute dès votre arrivée au monde, sans votre consentement, bafouant les droits naturels et inaliénables de l’être humain, et c’est sur cela qu’est bâti le système tout entier, et il perdure grâce à votre ignorance. Mais il est possible de s’extirper de cela, nous vous en parlerons plus tard dans l’article.

Tout d’abord, pour comprendre absolument, il faut revenir aux débuts du commerce (tout à un lien). Lorsque l’homme a commencé à produire des excédents agricoles, il s’est mis à commercer avec d’autres cultures, civilisations. Le tout essentiellement par voie maritime. Il a donc fallu créer des lois pour réguler les échanges. C’est là que le droit maritime est né !

Les lois étaient donc liées au pavillon, le drapeau sur un bateau. La règle voulait que le pavillon du navire représentait les règles qu’il appliquaient. Lorsqu’un navire avec un pavillon rencontrait un autre navire sans pavillon, celui qui n’en n’avait pas devait se plier à celui qui en possédait un, et lorsque 2 navires avec des pavillons différents se rencontraient, alors ils devaient négocier sous le biais de contrat pour réguler leur transaction. Notre fonctionnement juridique est issu du droit maritime, toutes ces notions se retrouvent au quotidien.

7 ans pour récupérer sa souveraineté

Lorsque les marins partaient en mer à l’époque, ils remettaient leurs documents juridiques (possessions, héritages, ect..) à la capitainerie au cas ou le bateau coule au large, l’homme et ses papiers avec. Et si celui ci ne revenait pas au bout de 7 ans, le transfert d’héritage démarrait car il était alors considéré comme mort. Bien qu’après ils puisse tout de meme se revendiquer s’il n’est pas mort. Aujourd’hui à la venue au monde de l’enfant, celui-ci est considéré comme égaré en mer, par l’état (la capitainerie). Si vous ne vous manifestez pas jusqu’à la 7 ème année, automatiquement l’état vous déclare mort en mer et seule votre personnalité juridique demeure ! On applique en fait le droit maritime à la terre.

Regardez par exemple le fonctionnement des assurances vie: Après 7 ou 8 ans, vous bénéficiez de droits.

Votre mère est considérée comme un pavillon sans drapeau puisqu’elle n’a jamais revendiqué sa souveraineté avant et après 7 ans. Et vous, vous n’avez pas de statut si ce n’est une marchandise qu’elle transporte (dans son ventre). Pourquoi pavillon et marchandise ? Parce que la notion de vivant n’existe pas dans le droit ! Les termes « Personne » « Citoyen » « Gens » « Monsieur » « Madame » « Individu » relèvent de la fiction. Même le mot « naissance ». Quand on parle de naissance, dans le droit cela signifie la création d’une personnalité juridique. Lorsque votre mère, considérée comme navire sans pavillon accouche de vous en France (juridiction possédant un pavillon) votre mère doit donc se soumettre aux lois du pavillon en question et cet hôpital est considéré comme un port d’attache français. Dès votre apparition, on crée un acte de naissance transférant votre souveraineté à l’état, sans votre consentement libre et éclairé.

L’acte de naissance

Il est issu du certificat d’importation, réservé aux marchandises prises en charge par une nation. Voyez les similarités entre le certificat de naissance et le certificat d’importation:

-Une date d’émission / naissance

-Lieu d’enregistrement

-Numéro de série unique / NOM Prénom(s)

-Numéro d’enregistrement

-Une description du produit / de l’enfant (yeux verts, ect…)

-Une notification à l’agent d’état civil / agence gouvernementale

Définition du mot acte: « Manifestation intentionnelle de volonté dans le but de réaliser certains effets de droit, comme la délégation de pouvoir ». Traduction: l’état revendique propriété sur votre personne, mais il vous en délègue la gestion, pour son compte (cestui que vie).

Vous êtes-vous déjà posé la question pourquoi les rois et reines ne possèdent pas de nom de famille ? C’est toujours Louis XIV, la reine Elisabeth II…juridiquement ils n’ont pas de noms car ils sont souverains, c’est bien comme cela qu’on les appelle et vous en comprenez dorénavant la signification. Lorsque Kate Middleton s’est mariée au prince William, sur son registre d’état civil elle a perdu son nom de famille !

Mais vous êtes bien plus qu’un bout de papier, bien qu’encore inconscient de cela.

Au vu de la censure grandissante, rejoignez la famille « Divulgation » sur son canal Telegram: https://t.me/divulgationfr

La Fiducie, ou comment l’acte de naissance devient un contrat commercial.

Dans un contrat, il y a 3 parties: Le constituant, l’exécutant et le bénéficiaire. Dans le cadre de l’acte de naissance, le constituant ce sont vos parents. L’exécutant, c’est l’officier d’état civil qui envoie la déclaration de naissance au greffe (tribunal) qui rédige l’acte de naissance original, et en fait des copies. Le bénéficiaire, c’est vous.

Note: Faites l’expérience par ailleurs si vous demeurez sceptique, de remettre la main sur votre acte de naissance original, vous verrez. Il est aux archives de votre mairie de naissance mais on ne vous y donnera pas accès, cela voudrait dire que vous reprenez votre souveraineté et que les lois ne s’appliquent pas à vous.

La fiducie remonte à l’époque romaine, le principe était que quand les propriétaires terriens s’en allaient en conquête ou en mission diplomatique pour l’empereur, ils déléguaient la gestion de leur terre en leur absence à d’autres personnes.

Sans votre consentement et dès votre arrivée au monde, on vous crée une personnalité juridique, un acte de naissance, aussi appelée homme de paille, qui se substituera à vous donc vous n’êtes plus considéré(e) aux yeux de l’état comme un être vivant, mais comme une fiction, un document appartenant à la république française, vous êtes le titulaire d’une entreprise qui porte votre nom et prénom, écrite en majuscule comme pour les sociétés. C’est pour cette raison que vous ne voyez jamais nulle part votre identité en minuscule alors qu’elle devrait l’être ! C’est votre souveraineté que l’on prend en la remplaçant par un bout de papier, sans votre accord. D’ailleurs, votre nom de famille c’est l’état qui vous le transmet, non votre père. Conformément à la loi de 1794 décrite au début de l’article.

C’est pour cela que votre carte d’identité, votre acte de naissance et votre passeport appartiennent à l’état. Vous n’en êtes que le titulaire (c’est bien inscrit dessus), et non le propriétaire, comme pour votre compte en banque. Cette personnalité juridique, dans votre parfaite ignorance, vous passez votre vie à la représenter sans savoir ce qu’elle implique.

Tous ces documents sont votre personnalité juridique que vous administrez pour le compte de l’état. Saviez-vous également que chaque gouvernement est une corporation privée ? La république française est une entreprise inscrite au registre du commerce et des sociétés depuis 1947, numéro de SIRET 100000017. C’est elle qui est propriétaire de votre personnalité juridique (identité en majuscule). Votre voiture, votre maison, votre compte en banque, votre télé, l’état peut les saisir car tout ce que vous achetez au titre de votre personnalité juridique appartient à l’état. Même vos enfants.

Le droit maritime est partout

Revenons à nos pavillons. On écrivais tout à l’heure que hôpital ou accouchait la mère de l’enfant était considéré en droit maritime comme un port d’attache du pavillon français, Un tribunal est un navire, c’est pour cela que lorsque l’on vous demande de venir à la barre, ce mot n’est pas choisit par hasard. Le mot « gouvernement » vient du mot gouvernail. Sachez que lorsque vous êtes en procès contre l’état français (ne pas avoir payé une amende pour excès de vitesse par exemple), c’est à votre personnalité juridique que l’on s’attaque.

Puisque tout est affaire de commerce, remarquez que le juge tient un marteau en bois dans sa main, qui d’autre le possède en dehors du juge ? Le commissaire priseur en charge des enchères ! Le juge est en fait la pour réguler le litige commercial entre l’état français et votre fiction juridique. Si vous obéissez au juge, vous acceptez le contrat. Pour finir, il tape 3 fois avec son marteau pour finaliser la transaction.

« Une personne » n’est pas un etre vivant, c’est une entité légale, juridique morale ou fictive (homme de paille) similaire a une corporation qui est utilisée pour tous les documents commerciaux, administratifs et financiers.

La dette: Votre acte de naissance est la clé!

C’est en 1933 que les États-Unis déclarent faillite, et décident donc de contracter des emprunts auprès de banques privées. Sans argent disponible au gouvernement pour rembourser, le gouvernement a alors porté ses citoyens caution envers les banques comme garantie pour obtenir les fonds. Ce système perdure toujours aujourd’hui. Le travail et l’énergie de tout un peuple en contrepartie, c’est le saint Graal pour un banquier d’affaires. Il faut se mettre à la place d’une banque: ce n’est pas l’argent qu’elle veut car ça peut se créer et sa valeur dépend du système sur lequel elle capitalise à long terme: le contrôle des ressources, des biens et des personnes. C’est tout ce qui l’intéresse.

La vie d’un français à la naissance est évaluée en moyenne à 3 millions d’euros. C’est toujours comme cela aujourd’hui que le gouvernement français obtient des prêts via des banques privées (par lesquelles il a obligation de passer depuis 1973) « On a eu X millions de naissances, accordez-nous X milliards d’euros. Votre vie est déjà payée à votre naissance. C’est aussi de cette manière que les assurances vie sont calculées, et il y a eu une avancée majeure pour simplifier la chose: la sécurité sociale. Chaque numéro de sécurité sociale agit comme un identifiant bancaire sur lequel placer X somme d’argent. Pourquoi recevez-vous le chômage ? Vous êtes titulaire d’une personne juridique mais qui sans le savoir, détient une somme astronomique prêtée à l’état, que vous passerez votre vie à rembourser… ou pas !

Vous vous rappelez l’histoire des transactions au tribunal ? Eh bien tout est commerce, jusqu’au bout. Si vous tuez quelqu’un, vous allez en prison non pas car vous avez ôté la vie d’un être humain, mais parce que vous avez privé l’état français d’une ressource sur laquelle il avait capitalisé. Je vous rappelle, le vivant n’existe pas juridiquement.

« Je ne prête allégeance qu’au droit naturel et divin offert par le créateur, et non pas aux lois d’une corporation criminelle et privée créée par les hommes, qui de plus revendique me posséder sans ma permission. La seule loi que je reconnais est de ne pas nuire à autrui ni à ses biens, de vivre dans le respect de la nature divine ».

Comment récupérer sa souveraineté ?

Nous avons tous l’autorité d’indépendance sur nous-même en tant qu’être vivant. La clé, c’est ne pas consentir. Un gendarme vous demande de sortir de votre voiture ? Vous appelle monsieur/madame ? Vous demande de couper le moteur ? Il s’adresse à votre personnalité juridique, et non à votre être, fait d’os de chair et de sang. Vous n’êtes pas obligé(e) de lui présenter votre carte d’identité, si vous ne désirez pas reconnaître votre homme de paille fictif. Un juge (il est bien au courant de cela) vous demande de vous lever et venir à la barre ? Il vous demande si vous comprenez les accusations contre  »vous » ? Dites non ! C’est à votre fiction qu’il s’adresse. Dans ce cas précis, il faut remettre le jeu à sa place :

Je Suis “votre prénom”, Être Vivant Souverain et J’administre l’entité juridique, homme de paille fictif “prénom + NOM DE FAMILLE” associé à la famille “NOM DE FAMILLE” par “oui-dire”.

(pourquoi par “oui-dire”, car seule la mère du corps physique est certaine, le père est toujours un “oui-dire”) Sachez que le nom de famille, c’est l’état et non le père qui vous l’attribue.

La réalité est que tout être est Souverain et que personne à part Dieu lui même n’a de pouvoir contre vous si vous restez dans l’alignement de votre Divine Souveraineté. N’obéissez pas aux ordres du juge, coupez le contact de la voiture avant que le gendarme vous le demande, et définissez-vous en tant qu’etre vivant seulement.

Au tribunal, comme tout est affaire de commerce et de contrat, dites au juge que vous n’avez jamais demandé de faire affaire avec eux, que vous ne les avez jamais sollicité, auquel cas demandez-leur la preuve que vous avez conclu un contrat avec eux ! Ne signez pas l’amende survenue quelques semaines avant en revanche, si c’est la cause de l’affaire. Sinon cela veut dire que vous acceptez le contrat et que vous vous assimilez à la personnalité juridique. Demandez qui est la partie constituante, remettez le jeu à l’endroit, ils essaieront de vous assimiler à votre personnalité juridique, mais tenez bon, ils doivent lacher l’affaire. Un gendarme ou un juge a besoin du nom de famille délivré par la corporation qu’est l’état, pour prononcer une décision.

Évidement ne vous attendez pas a ce que cela fonctionne si vous vous mettez demain à agresser physiquement un autre Être Souverain (qu’il soit conscient de sa souveraineté ou pas). Pour avoir accès à ce droit, vous devez respecter la Souveraineté de tous.

Nous avons cependant oublié notre réel pouvoir à cause d’un enfumage incessant des médias, de la culture de l’ego et j’en passe. La peur nous enferme dans leur système: la peur de manquer d’argent, la peur du terrorisme, de l’anarchie, du changement climatique, du changement tout court…

Au vu de la censure grandissante, rejoignez la famille « Divulgation » sur son canal Telegram: https://t.me/divulgationfr

” Un oiseau né en cage pense que voler et une maladie.”

Cette peur justifie leur tyrannie, l’esclavage moderne par la dette et la répression, les gens pensent donc qu’il leur faut absolument un gouvernement pour les protéger. Comme le dit si bien Aldous Huxley « La dictature parfaite serait un monde ou les esclaves auraient l’amour de leur servitude ».

Le contrat, ou plutôt coup d’état à la naissance, ou DOL, sur votre souveraineté n’est pas valable, en tant que petit être humain vous n’aviez pas la parole et la manière de faire valoir votre consentement ou non, libre et éclairé. On appelle cela un DOL, en droit civil: C’est une manoeuvre dans un contrat visant à tromper l’autre, cela entraîne la nullité du contrat. C’est pour cela qu’ils essaient de conserver l’autorité sur la population en fusionnant l’identité biologique (empreinte digitale) avec l’identité numérique (passeport).

Jetez un oeil également à l’article 6 de la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 (au dessus de toutes lois nationales et européennes, que les magistrats semblent oublier): « Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique. » Ce qui signifie aussi le droit de ne pas s’en servir, de ne pas la reconnaître. Il y a les lois naturelles au dessus de tout, et les hommes (pourtant issus des lois universelles) ont crées des lois ne s’appliquant qu’aux corporations. Dans les lois des hommes, la déclaration universelle des droits de l’homme est au dessus de toutes les autres lois. Dans le cas de la France, il y a ensuite les lois européennes, puis les lois nationales, puis les décrets, conventions…

Pour illustrer tout cela, prenez l’exemple parfait du Monopoly: Le pion avance de 4 cases, il va en prison, mais ce n’est pas le joueur qui va en prison, c’est le pion ! Ce n’est pas le joueur qui achète la rue de la paix, c’est le pion ! Le pion dans la vraie vie, c’est votre carte d’identité et tout se passe de cette manière. Souscrire un abonnement téléphonique, acheter un bien immobilier ? Carte d’identité oblige. Mais ce n’est pas vous, car vous n’etes pas un bout de papier.

-Si vous voulez aller plus loin, regardez cette vidéo d’un être humain souverain sorti d’un tribunal en prononçant son propre acquittement.

-Déclaration de refus de consentement: https://youtu.be/jzqj3-kOFiw

-Créez votre carte d’être humain (association de fait déclarée à l’ONU): https://placedeshumains.com/

-La fraude du nom légal expliquée par un ancien banquier d’affaires: https://youtu.be/bBVVg9_o0YE

-Cette conférence audio et cette chaine Youtube sont à suivre: https://www.youtube.com/watch?v=KNJm_sOSAcc&ab_channel=LescarnetsdeJeremiah

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

20 commentaires

  1. 😊 La phrase que je retiens car j’ai vérifié qu’elle est vraie et amène directement au but est celle-ci : La réalité est que tout être est Souverain et que personne à part Dieu lui même n’a de pouvoir contre vous si vous restez dans l’alignement de votre Divine Souveraineté. 🥰

  2. Puisque mes droits ne sont acquis que par ma personne juridique, en renonçant à cette personne, je renonce à ces droits. Une société sans personne juridique n’a plus à définir de lois. C’est une anarchie, société idéale et parfaite tant que chaque homme y est loyal et bon. Mais qui définira alors le bien ? Evidemment chacun selon ses intérêts, sa foi et son éthique. Il n’y a plus de contrat social. Il n’y a plus non plus de références communes pour les échanges et la monnaie perd tout crédit. Chacun est dieu et souverain, il n’y a plus de société et de projet commun. Mais qu’est-ce que l’homme s’il n’est plus social ? Un animal sauvage. Cela n’a rien de dégradant et vaut souvent bien mieux que d’être un homme civilisé, mais est-ce encore un homme ? A tort ou à raison, ‘homme se définit par des valeurs qui le transcendent et pas seulement par son code génétique. Il faut donc renoncer à soi, c’est-à-dire à son être vivant pour devenir un être juridique civilisé. « Civilisé » ne veut pas dire que l’on a une morale et des lois quand le sauvage n’en aurait pas. Même les animaux en ont. Mais elles relèvent désormais d’un être transcendant, autrement dit d’un Dieu.

    Le roi gouverne au nom de Dieu et non pas de lui-même, sinon il n’est qu’un dictateur, une bête à tuer. Ainsi cette problématique des droits est celle de Dieu. Certes Dieu n’existe pas au sens où il n’est pas un corps vivant, il vit toutefois comme être spirituel en qui « s’incarnent » les valeurs légitimées par une société. Sans cet être immatériel, il n’y a pas d’Etat de droit possible. Les valeurs morales ne sont ni naturelles ni universelles. Elles sont soumises aux interprétations et au vécu de chaque société. Tout repose finalement sur la vision que chacune d’elle se fait de Dieu. Lorsque la question de notre liberté se pose vis-à-vis des lois, c’est que ce consensus n’existe plus et que l’image de Dieu est fracturée ou usurpée. La solution n’est donc pas l’anarchie, mais la restauration d’une image aussi consensuelle que possible de Dieu, en nous-même d’abord et dans une société ensuite.

    Ainsi, il serait vain de tenter de construire un système garantissant la liberté de tous, car cela ne pourra aboutir qu’à voir en tout individu un être souverain et donc à la disparition des lois garantissant cette liberté, ouvrant ainsi la voie à la loi du plus fort et du plus scélérat. Pourtant, nous sommes bien souverains, mais notre liberté exige un renoncement du corps pour incarner, seul ou collectivement, une image de Dieu. Un tel renoncement n’est en pratique jamais libre et dépend du milieu qui impose ses lois. Il est pourtant la condition de notre liberté tant que ce sacrifice paraît légitime. Il doit donc être contestable aux risques et périls de ceux qui le contestent. C’est finalement l’image de Dieu en nous qui se reconnaîtra dans une société qui impose ses lois. Ainsi notre souveraineté est validée quand nous y renonçons pour celle de la société que nous voulons.

    • Bonjour, et merci pour votre argumentaire. La définition de l’anarchie pour nous est la prise en charge & la responsabilité individuelle, tout comme vous le dites aussi, mais nous pensons qu’il est parfaitement possible de bâtir une société basée sur le respect et dont le vivant est reconnu. Pour ce qui est des lois, l’humain ne peut pas en créer qui l’asservissent, mais uniquement qui le protègent ! Et selon l’article 6 de la DUDH (au dessus de toute autre loi) : chacun a droit a la reconnaissance de sa personne juridique, c’est un droit et non un devoir, car sinon ce serait de l’esclavage. Ce qui, sur le plan du karma, impliquerait beaucoup trop les mondalistes. Tout est donc basé sur le consentement, subtil et vicieux, mais tout de même le consentement. car l’esclavage consenti n’est pas interdit et ne regarde que celui ou celle qui en décide…

  3. Soyez béni 🕊️

  4. bonsoir les êtres souverains, je suis sidéré d’apprendre depuis qq temps que la France mais aussi les États-Unis ne sont pas un état mais une corporation avec un numéro de siret et j’entends bien ne pas en rester là, c’est le moment de s’affirmer et de reprendre ses droits. merci pour ces informations

  5. Marie-Hélène Sudevi Nitya
    Marie-Hélène Sudevi Nitya

    Bonjour,
    Merci pour toutes ces précisions super intéressantes.
    Je m’intéresse au droit depuis longtemps et beaucoup de choses ici ne me surprennent pas, et prennent sens.
    A l’exception de ceci « Notre fonctionnement juridique est issu du droit maritime, toutes ces notions se retrouvent au quotidien »
    Droit maritime ou droit de la mer ? Y a t il un code consultable (original et actuel) ? j’aimerai en savoir beaucoup , beaucoup plus.
    merci beaucoup pour toutes ces informations.

    • Bonjour Marie-Hélène,

      Merci pour votre commentaire ! En effet le plus approprié est le droit de la mer, considéré comme une philosophie de droit par nos magistrats, mais qui pourtant est bien actuel et appliqué. Par rapport à des codes consultables et actuels, on peut citer l’OPPT et le code Justinien. Par ailleurs nous vous recommandons un superbe blog sur la fraude du nom, il s’intitule  »La tromperie du code justinien » vous le trouverez sans mal sur Google.

      • Bonjour
        Une question se pose alors : quadvientraitil si en tant que parent nous ne déclarions pas notre enfant ?

        • Bonsoir,

          Ce cas de figure est très intéressant, il est fort probable dans ce cas que l’administration, dans le doute rédige quand même un acte de naissance. Parce que selon les lois nul ne peut être apatride, après on sait tous bien que c’est une histoire de fiducie…il faudrait se renseigner par rapport à cela, mais pas nom de famille = pas de certificat = l’état n’a aucun droit

      • Marie-Hélène Sudevi Nitya
        Marie-Hélène Sudevi Nitya

        merci beaucoup.

  6. Fait lontemps qu’il nous ment fais des décennies je suis contres tous

  7. Bonjour

    Super bien résumé votre article sur la fraude du nom légal.

    Je me permets de vous signaler une erreur de grammaire selon moi.
    Vous avez écrit
    Le droit maritime est partout
    Revenons à nos pavillons. On écrivais

    personnellement j’écrirais écrivait

    Cordialement

    • tout est bien résumé : nous sommes un être souverain et une personnalité juridique au regard de la loi, tout est bien expliqué, regardez comment la personne s’est défendu au tribunal et à fini par être acquitté.

  8. Bonjour à tous et un grand (grand) merci à la personne qui a rédigé cet article, très clair et bien expliqué !

    Je souhaiterais partager ces informations avec les personnes qui nous suivent dans notre association,
    … Mais une question demeure en suspens : on fait comment en pratique ?

    – le fait de se créer une carte d’être humain souverain à partir du site : « placedeshumains » et revendiquer ce titre pourrait-il suffire à nous protéger et faire valoir notre droit primordial dans des cas courants comme : un contrôle de police, l’obligation du port du masque dans un lieu, une obligation vaccinale,

    – dans un cas de convocation au tribunal : ne pas répondre par notre nom de famille (et ne pas venir à la barre) et utiliser le texte fourni dans le 2ème lien vidéo suffit-il à nous rendre inattaquable ?

    – comment chacun doit-il procéder concrètement et y a-t-il des exceptions ? Y a-t-il une procédure ?

    – qu’est-ce qu’on a le droit d’exiger (en tant qu’être souverain) et qu’est-ce que l’on ne peut pas exiger (contre quoi nous ne sommes pas couverts en cas de différend avec ces corporations – pays/sociétés/etc) ?

    Comme le dit une personne en commentaires, nous utilisons quotidiennement des biens et services venant d’une corporation « notre capitainerie » (maison, voiture, objets et services divers, …), donc si nous leur disons que nous sommes maintenant souverains de nous-mêmes et que nous ne répondons qu’au Créateur Primordiale de toutes choses, pouvons-nous encore prétendre à ces biens et services qui sont la propriété de ces corporations ?

    Merci encore pour vos éclairages,

    Sébastien.

  9. Bonjour, MERCIS infiniment pour ces informations insoupçonnées et incroyables que je ne manquerai pas de partager au maximum autour de moi; par rapport à TOUS LES PEUPLES DE MOUTONS qui se manifestent actuellement ENCORE lors de l’EPISODE QUE L’ON NOUS IMPOSE ACTUELLEMENT, je pense que très peu sont capables de réfléchir et de comprendre se genre de manipulation; ALORS, par rapport à tout cela, À COMBIEN POUVONS-NOUS ESTIMER NOTRE VALEUR ? QUELLE SOMME REPRESENTONS-NOUS ? QUELLE SOMME « VALONS-NOUS ? »; L’ENTREPRISE FRANCE possède quel montant en banque SUR NOTRE PERSONNE, SUR NOTRE COMPTE PERSONNEL ? QUE REPRESENTE NOTRE « VALEUR MARCHANDE » ?
    MERCIS pour votre attention et votre retour,
    recevez mes sincères salutations SAVOISIENNES pleines d’espoirs,
    Yves.

  10. […] Nous sommes de plus en plus à nous demander ces temps-ci comment il est possible qu’un peuple constitué de dizaines de millions d’âme soit aussi docile et ne se batte pas plus que ça pour ses libertés alors que tout repose sur des croyances. […]

  11. Bonjour,
    Et une énorme gratitude pour le partage du résultat de vos recherches.
    Mes enfants sortent de l’adolescence, mais quel aurait été la procédure pour qu’ils revendiquent leur souveraineté avant leur 7ème année ? Que doivent faire tous les parents d’enfants encore qui n’ont pas encore atteint cet âge et qui ont connaissance de cette spoliation ?
    Paix et bonheur à tous les peuples de la Terre.

Laisser un commentaire